Syndicat professionnel : une photothèque pour la plasturgie

Coup de projecteur sur une filière importante en Auvergne Rhône Alpes.

Après la métallurgie, la plasturgie ! Le syndicat professionnel Allizé-Plasturgie m’a confié une mission assez semblable à celle que j’ai effectuée pour l’UIMM. A savoir créer une photothèque pour montrer les savoir-faire d’une filière toute entière. Elle compte près de 800 entreprises et 24600 employés sur la région Auvergne Rhône Alpes.

Les visuels permettront à l’organisation patronale d’actualiser et de moderniser la communication qu’elle gère pour ses adhérents. J’ai collaboré étroitement avec Cécilie Felt chez Allizé-Plasturgie, en charge de la production des supports de communication.

Aurélien Audy - photographe Lyon - photothèque syndicat professionnel métier filière Plasturgie organisation patronale

Le syndicat professionnel, ses adhérents

La mission a débuté par un shooting au sein du bâtiment moderne qui accueille les bureaux d’Allizé-Plasturgie à Lyon. Ici, on s’est focalisé sur l’illustration du travail en entreprise (réunions, discussions informelles, etc.). Ensuite, on a basculé sur le Fab-Lab, la section dédiée à l’impression 3D. Puis, de l’autre côté de la rue, on a suivi les activités de l’atelier de formation.

L’idée, c’était ensuite de trouver les entreprises adhérentes qui allaient incarner la filière et couvrir tous les domaines à illustrer : injection, thermoformage, rotomoulage, extrusion, etc. Pour ce faire, Cécilie s’est appuyée sur son réseau de représentants et délégués locaux. Le travail de pré-sélection et la planification – du répérage comme des shootings – sont toujours considérables !

La production d’image

Le mode opératoire est bien rodé. La première étape c’est le repérage, où je fais le tour de l’entreprise pour identifier les gestes techniques et savoir-faire représentatifs, les décors et cadrages qui offriront la meilleure mise en valeur, les personnes qui accepteront de poser.

Ensuite, je débriefe avec Cécilie : je suis ses yeux, elle est le centre de décision. Telle vue ok, telle autre vue non, etc. A l’issue de ces arbitrages née le plan de travail : vue numéro 1 faite à telle heure, tel endroit avec x figurants, vue numéro 2… C’est ce plan de travail qui va permettre de réaliser le shooting dans les meilleures conditions possibles. Et pour les entreprises qui m’accueillent, c’est toujours rassurant d’avoir une vision d’ensemble.

Cette mission est toujours en cours, puisque stoppée par la crise sanitaire. L’article sera mis à jour au moment opportun.

Plus d’informations sur mes prestations en entreprise.