Des visuels lifestyle, de la communication

Un projet conduit de A à Z pour Arlo France / TechnikPR

Tous les projets sont importants, mais certains – on le comprend vite – vont vous porter plus loin que d’autres. Comme celui réalisé pour Arlo France. Objectif : produire des visuels lifestyle qui illustrent différents scénarios d’utilisation des produits du client. En l’occurrence, des caméras de vidéosurveillance grand public. Ce contenu a vocation à alimenter une campagne franco-française de communication sur les réseaux sociaux. Voilà, à partir de là il faut tout élaborer : le concept, les castings, le repérage, l’organisation du shooting et sa bonne tenue. Ecriture des scénarios, déclinaison des vues, choix des deux modèles, renfort humain (directrice artistique, maquilleuse/coiffeuse, assistant photo), lieu et date du shooting, etc. Du lourd !

Aurélien AUDY-photographe-portrait-Lyon-lifestyle-communication-Arlo France

Les préparatifs

Ce projet a été discuté avec l’agence de communication allemande TechnikPR, et plus précisément Julien Jay comme interlocuteur. L’étape à boucler en priorité, c’était de faire valider les scénarios par le client. Il faut donc avant toute chose bien cerner la nature des produits de la campagne de communication (une caméra classique, une lumière connectée et un module pour chambre d’enfants) et s’appuyer sur les souhaits du client : qu’est-ce qu’il veut mettre en avant comme fonctionnalités ?

J’ai proposé plusieurs scénarios, ainsi qu’une certaine manière de décliner les visuels. C’est pas toujours simple de faire coller les messages que le client veut véhiculer et les contraintes techniques, budgétaires, de cohérence, etc. Sept ont été retenus, avec un volume de 60 images à rendre, plus 7 rushs vidéo (filmés par les caméras de surveillance) :

  • la livraison de colis qui se passe bien grâce à la caméra,
  • deux cambriolages (un de jour l’autre de nuit),
  • la caméra qui alerte que l’enfant pleure dans son lit,
  • le couple qui prépare ses bagages sereinement parce qu’il vont laisser une maison surveillée,
  • la femme qui installe très simplement une nouvelle caméra au garage,
  • le couple qui prend l’apéro et détourne la fonction de la lumière connectée pour s’éclairer.

Le fait d’acter la teneur des scénarios allait me permettre de pouvoir avancer sur le choix du lieu, sachant que cinq scènes doivent être faites en extérieur, le nombre de modèles.

Aurélien AUDY-photographe-portrait-Lyon-lifestyle-communication-Arlo France

Bien s’entourer pour réussir

Quelques heures de casting et de repérage plus tard, j’avais le lieu – une maison de ville à la Croix-Rousse – et les acteurs, Laura Galliano et Mathieu Marin. J’ai aussi décidé de travailler avec une direction artistique sur ce projet, pour gérer notamment les éléments de décors et les tenues. Sur un projet de communication, c’est indispensable puisque le moindre détail compte. J’ai missionné Julie Rignanese, qui a parfaitement rempli son rôle. Le staff a été complété par Kim Ducreux excellente au poste de maquillage/coiffure/petits soins, et l’ami Kévin-Jonathan Gainche, assistant indéfectible et nécessaire.

Il restait cependant une chose à faire, et dont j’avais sous-estimé la complexité : fixer la date du tournage. Sept personnes, en incluant le client, dont il fallait coordonner les agendas, également en fonction de la disponibilité du lieu ET de la météo ! Cette dernière annoncée très clémente jusqu’à moins d’une semaine avant est brutalement devenue instable. Un choix cornélien, jusqu’à la veille au soir, mais on a pu faire ce shooting le 1er octobre comme prévu dans la feuille de route.

Le jour J : Lifestyle, assurément

Le plan de travail est un élément indispensable pour ce genre de journée, forcément assez chargée. C’est un document qui séquence tous les plans à faire dans la journée, avec un timing estimatif et des informations détaillées sur le matériel, les accessoires et les lumières à mettre en place, sur chaque plan.

Aurélien AUDY-photographe-portrait-Lyon-lifestyle-communication-Arlo France

Trop absorbé par ma mission ce jour-là pour prendre du recul, le plan de travail a été mon fil conducteur, auquel je me rattachais donc régulièrement. Pour m’assurer qu’on respectait bien toujours ce qui avait été convenu et aussi pour vérifier qu’on était toujours dans les temps. Tout s’est déroulé comme prévu, malgré quelques interruption de pluie, en respectant l’agenda fixé !

Chaque scène était ventilée selon quatre phases :

  • les prises de vue photo scénarisées avec le ou les modèles,
  • la capture du même scénario en vidéo par les caméras de surveillance,
  • une prise de photo depuis le point de vue de la caméra (mais avec mon boîtier)
  • une photo produit de type packshot, toujours accompagné d’un smartphone dans lequel j’incrustais la vue précédente.

Outre le côté technique de la prise de vue – cadrage, lumière, composition – il y a aussi tout l’humain. Guider les modèles, échanger avec la directrice artistique, donner des consignes claires à l’assistant, parler avec le client, prendre soin de tout le monde (bonbon, boissons, bananes et biscuits, les 4B).

Un grand merci à tous ceux qui ont collaboré à ce projet et qui m’ont fait confiance ! D’autres informations sur mes prestations pour les entreprises.