Mode : deux mannequins et plein de bracelets

Shooting en extérieur, avec repérage et moodboard

Pour des accessoires de mode comme des bracelets, se contenter de photos packshot c’est s’arrêter à la moitié du chemin. Montrer le produit seul, impossible de s’en affranchir. Mais l’illustrer porté dans un contexte choisi, c’est raconter une histoire, préciser un état d’esprit, construire une image de marque. C’est ce qu’on a décidé de faire avec mon client. Façonnage d’une planche d’inspiration (moodboard dans le jargon), pré-casting des mannequins, repérage des lieux, etc. La mission était lancée !

Des bracelets, une cible

Quand on veut illustrer – en l’occurrence le futur site de la marque – il faut choisir. Un univers, un style, un ton. On peut chercher le consensuel pour cibler large, ou à l’inverse de l’engagé pour renforcer l’impact, au risque de réduire l’audience. Cette première orientation, le client la décide quand il établit une première planche d’inspiration. C’est elle qui m’aiguille pour la suite, m’indique la direction à prendre. A moi ensuite de suggérer des mises en scènes qui vont dans ce sens. Ici, la thématique tournait autour du street art, de l’urbain sauce underground. Graffitis, parkings souterrains et dans tous les cas, de la ville !

Idem dans le casting des modèles : c’est le client qui détaille les caractéristiques physiques souhaitées – s’il y en a. Les principales étant une tranche d’âge et le sexe, deux données fondamentales dans le ciblage d’une future clientèle. Dans le cas présent, il me fallait une femme et un homme, elle avec les yeux clairs, lui avec des tatouages. J’ai donc proposé une liste de candidats potentiels, le client a fait ses choix, très bons : Kelly et Geoffrey.

Repérage et shooting

Avant de réaliser la séance photo, il faut encore déterminer les lieux qui serviront de décors. La session de repérage prend facilement une demie-journée. Ensuite, j’établis une planche d’inspiration actualisée, avec des intentions de poses à faire exécuter aux mannequins (plus pour moi que pour le client). Sachant que la contrainte, c’est de bien voir les bracelets, qui sont assez petits, tout en mettant en valeur le modèle et sans trop rogner le cadre.

Il ne reste plus qu’à finaliser le plan de travail, à fixer la feuille de route et à caler la date du shooting. Compte tenu des contraintes de temps, de budget et du nombre de lieux à parcourir, on fera cette séance sans maquillage et avec un équipement léger (un seul flash + modifieur). Et comme on dit, « on verra en post-prod » pour fignoler les détails.

Plus d’informations sur mes prestations en entreprise.